ApiFlorDev

Une association qui manie le miel

166

ApiFlorDev est une association française de solidarité internationale créée en 2003. Elle réalise des projets de développement en lien avec l’apiculture et le reboisement. Elle a déjà formé plus de 1.600 apiculteurs et installé plus de 2.500 ruches en participant à 40 projets dans 12 pays en vue d’améliorer le sort des plus démunis.

 

Les objectifs d’ApiFlorDev sont de garantir une nutrition plus équilibrée et en particulier faire profiter aux enfants des bienfaits reconnus du miel, de lutter contre la déforestation en sensibilisant les apiculteurs sur l’intérêt de maintenir une biodiversité végétale garantissant de bonnes récoltes et une pollinisation des cultures maraîchères et fruitières, de protéger les abeilles souvent menacées par l’urbanisation et certaines pratiques culturales, de participer à la microéconomie rurale et apporter des revenus complémentaires aux familles, de contribuer au développement social local et d’avoir un impact et une action durable, en adaptant chaque projet au contexte local.

 

L’apiculture est une activité ancestrale reconnue et respectée qui bénéficie de nombreux atouts. Elle contribue à un développement humain socialement durable. C’est une activité génératrice de revenus par la production et la vente des produits de la ruche : miel, cire, propolis, larves (gelée royale). C’est une activité universelle qui demande peu d’investissements et qui s’ouvre aux femmes et aux jeunes. Elle peut être pratiquée en forêt, en zone agricole, périurbaine, et même en ville. L’apiculture participe à la préservation de l’environnement. La pollinisation par les abeilles maintient la biodiversité et l’équilibre des éco et agrosystèmes. Elle augmente les rendements agricoles de 10 à 40% selon les cultures. C’est un outil de sensibilisation pour lutter contre la déforestation et favoriser l’agroécologie. Les apiculteurs sont des militants et les meilleurs défenseurs de l’environnement dont leur activité dépend entièrement.

Excellent aliment énergétique aux valeurs thérapeutiques prouvées, le miel est très apprécié en R.D.C., malgré son prix élevé. La production actuelle, artisanale, est insuffisante en quantité et en qualité pour couvrir les besoins des populations, notamment urbaines. Le pays importe donc du miel. Après plusieurs missions des équipes d’Apiflordev, un projet a été lancé à Kasangulu (Kongo central).

Le projet CARRI de Kasangulu dans le Congo Central

ApiFlorDev a été sollicitée fin 2015 par l’association Comité d’Action pour la Relance Rurale Intégrée (CARRI en sigle) pour une expertise apicole technique et pour soutenir un projet de développement de l’apiculture. Cette ONG Congolaise est basée à Kasangulu. Ce territoire est une région dont la proximité de la capitale a entrainé une déforestation massive. Il en résulte une perte de biodiversité importante et des terres peu exploitées malgré le potentiel immense en agriculture vivrière. La sécheresse est accentuée par le réchauffement climatique planétaire, d’où une baisse de production du miel. L’objectif général était l’encadrement, la formation et la dotation de matériel à destination des apiculteurs du territoire. Le projet de l’Association CARRI joue le double rôle de rucher école et de centre pilote. Le projet vise au total 50 hommes et femmes. Parmi eux, certains sont déjà apiculteurs, d’autres, notamment des femmes et des jeunes sans emploi, souhaitent s’initier à ce métier. Chaque apiculteur a signé avec CARRI une convention l’engageant à entretenir et préserver les ruches qui lui sont confiées et à mettre tout en œuvre pour maintenir ses colonies. L’ensemble des villages où habitent les apiculteurs, les revendeurs et les consommateurs du miel, les artisans locaux et les agriculteurs sont des bénéficiaires indirects du projet. ApiFlorDev assure la formation opérationnelle apicole des adhérents de CARRI et s’engage à fournir les conseils techniques.

Fin 2016, ApiFlorDev a financé grâce à la souscription en ligne, l’amélioration progressive des ruches traditionnelles, a initié une évolution des techniques d’apiculture et équipé un rucher école en matériel pédagogique (différents modèles de ruches, outils, matériel d’extraction du miel). À partir de février 2017, un financement de la FAO a permis d’organiser la formation théorique et pratique de 50 apicultrices et apiculteurs et l’achat de matériel dont notamment 200 ruches regroupées sur des ruchers composés de 4 à 15 ruches. Un technicien de CARRI réalise un suivi très régulier de l’ensemble des ruches pour en vérifier le bon entretien, ainsi que la bonne santé des colonies. Pour pouvoir accélérer le peuplement de ces ruches, CARRI a lancé un appel à la population afin que tout essaim sauvage soit signalé. Ces essaims sont ensuite attirés dans une ruchette piège ou capturée pour être transférés dans une ruche après un petit voyage à moto dans un sac de toile. Les 200 ruches installées sont actuellement peuplées à hauteur de 50%, et ce taux augmente chaque semaine avec de nouveaux piégeages et de nouvelles captures. Les apiculteurs ne pourront prélever qu’exceptionnellement, pour les colonies les plus développées, une petite quantité de miel en 2017. C’est à partir de mars 2018 qu’une vraie récolte viendra récompenser les apiculteurs de leurs efforts.

Le choix de l’arboriculture répond au souci de faciliter le travail des abeilles qui bénéficieront d’une multitude de fleurs à butiner sur le site. Cela favorisera la production de miel et des autres produits de la ruche, notamment le pollen dont les bienfaits pour la santé sont prouvés. Chaque apiculteur est aujourd’hui un militant des principes d’agroforesterie avec un mode d’exploitation des terres agricoles associant la sauvegarde et la plantation d’espèces mellifères. Il milite non seulement pour son compte, mais aussi au bénéfice de ses voisins agriculteurs, qui pourront, grâce à l’intense travail des abeilles et à la pollinisation, vor leur production fruitière augmenter de 20 à 40%. Le futur projet que soutient ApiFlorDev pour CARRI et ses adhérents consiste à installer une miellerie.

CARRI ne dispose pas actuellement d’une miellerie en capacité de traiter la production de 200 ruches pour lesquelles seront produits à terme plus de 2 tonnes de miel chaque année. Pour recevoir, extraire, filtrer, conditionner, stocker et commercialiser cette production, CARRI a besoin d’un local équipé du matériel en rapport avec la qualité du produit recherché. Il faudra également former 50 nouveaux apiculteurs (trices), avec 50% de femmes minimum, à parfaire la formation de techniciens experts et former des formateurs qui prendront le relai pour transmettre en toute autonomie aux futures générations d’apiculteurs et enfin permettra à CARRI en capacité de fabriquer ses ruches, ses enfumoirs et ses vareuses car toutes les compétences existent parmi les membres de CARRI.

PARTAGER
Article précédentLa Santé
Article suivant« Batela Lobi Na Yo »