« Batela Lobi Na Yo »

Un mouvement de fond pour la jeunesse !

17

Depuis un peu plus d’un an, un « cri de guerre » est en train de s’imposer auprès des «millénials» ainsi que dans le monde de la santé reproductive en RDC. Celui de « Batela Lobi Na Yo ». En Lingala, il signifie « Protège ton Futur ! ». Il aurait aussi pu s’appeler «Mon Bébé Quand Je Veux !».

Ce programme jeunesse initié par DKT International, une ONG américaine dirigée en RDC par un Aixois d’adoption, Jacques-Antoine Martin, est piloté depuis près de 18 mois avec fracas et succès par une jeune Française issue du monde de l’humanitaire, Noella Lumbala. L’ONG bénéficie de l’appui créatif de TEK, une agence créée par Franck Gomis, un directeur artistique de talent et Stéphanie Suffren, ancienne attachée culturelle auprès de l’ambassade de France et productrice notamment du Jazz Kif, rendez-vous musical incontournable à Kinshasa.

Plus qu’une campagne, « Batela Lobi Na Yo » est un mouvement visant à repenser la contraception comme un outil de responsabilisation de la jeunesse intégrant filles et garçons, parents, professionnels de la santé au sein de la communauté. Son ambition : faire comprendre aux jeunes gens qu’avoir un enfant non désiré n’est plus une fatalité, même en RDC ! Dans ce pays de 82 millions d’habitants, où les femmes en âge de procréer font en moyenne 6,6 enfants et qui enregistre tous les ans près de 3 millions de naissances, dont plus de 600 000 chez des adolescentes, la maîtrise de l’explosion démographique est devenue un enjeu stratégique et politique.

Les jeunes, quels que soient leurs milieux sociaux ou culturels, ont des rêves !  Ils se voient médecins, architectes, commerçants, enseignants, sportifs, artistes… Une grossesse non désirée brise à jamais ces rêves et les entraînent vers un bouleversement de vie ou l’arrêt des études et une détérioration de leurs conditions de vie est inéluctable. Sexuellement actifs, n’en déplaise à leurs parents et aux institutions prônant l’abstinence, les jeunes Congolais veulent vivre pleinement tout en conservant leurs prérogatives. Très réceptifs, ils sont dans leur large majorité ouverts à l’utilisation de méthodes contraceptives modernes et prêts à adopter des comportements sexuels responsables.

Présente dans une trentaine de pays sur les 5 continents, DKT International compte parmi les organisations privées actives en santé reproductive les plus respectées, en planning familial et dans la lutte contre le SIDA. Sa mission est de fournir des solutions abordables et fiables, tant en termes de services que de produits pour les femmes et les hommes désireux d’agir de manière responsable face à la perspective de donner naissance ou non à un enfant et de se protéger contre les IST. DKT se distingue par une approche basée sur le marketing social, appliquant des méthodes éprouvées dans le domaine privé, mais dans un but humanitaire. Cela exclut la gratuité qui, aux yeux de l’ONG, déresponsabilise les individus. Les prix, certes largement subventionnés, permettent d’instaurer une relation de fournisseur à client plutôt que de donneur à assistés. Ainsi, chaque client DKT a le sentiment de se prendre en mains sans ne rien devoir à qui que ce soit, qu’il achète un préservatif « OK » ou fasse appel à un moyen de contraception de courte ou longue durée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En RDC, DKT travaille main dans la main avec les organes officiels du Ministère de la Santé ainsi qu’avec les divisions communautaires implantées dans le pays. Elle s’appuie aussi sur plusieurs centaines de cliniques et pharmacies partenaires. Dans le cadre de «Batela Lobi Na Yo», fer de lance de l’ONG, elle s’adresse aux 15-25 ans dans un langage jeune au-travers d’activités qui les touchent et leur parlent. Ainsi « Batela Lobi Na Yo » est présent dans les quartiers populaires grâce à ses « jeunes Ambassadeurs », ses participations aux discussions organisées dans les églises et les communautés de jeunes et ses cliniques dont le personnel est spécialement formé au dialogue avec les jeunes sur la contraception. Elle est également devenue incontournable lors d’événements culturels et musicaux tels que le «Jazz Kiff» ou « Le Red One Festival » rassemblant la jeunesse par milliers. Elle pénètre aussi dans les universités. Après un essai pilote conduit avec succès à Kinshasa, « Batela Lobi Na Yo » a été étendu à Lubumbashi, Kisangani et Matadi ! Tous programmes confondus, en 2016, DKT a ainsi protégé en RDC plus de 620 000 couples contre des grossesses non désirées, une croissance de près de 57 % en un an. Dans une même dynamique, ils seront cette année plus d’un million à se protéger.

Alors, Vive la Jeunesse Kinoise et Vive « Batela Lobi Na Yo » !

DKT International

PARTAGER
Article précédentApiFlorDev
Article suivantNyiragongo