France-Chine : 50 ans de relations diplomatiques…

225

Le 27 janvier 1964, le Président Mao Zedong et le Général Charles de Gaulle, s’affranchissant des barrières de la guerre froide et faisant preuve d’une vision stratégique extraordinaire, ont pris, avec courage, la décision historique d’établir les relations diplomatiques au niveau d’ambassadeur entre la Chine et la France, ce qui a ouvert la porte aux échanges entre les deux pays ainsi qu’entre la Chine et l’Occident. Depuis 50 ans, les relations sino-françaises sont toujours au premier rang des relations entre la Chine et les principaux pays occidentaux développés. Elles ont produit des influences profondes et positives sur la configuration internationale et le développement respectif des deux pays. Elles sont devenues ainsi un modèle de coexistence pacifique et de coopération « gagnante-gagnante » entre Etats. En mars dernier, le Président chinois Xi Jinping a effectué une visite d’Etat en France.
Avec le Président François Hollande, il est parvenu à d’importants consensus qui portent à un nouveau palier le partenariat global stratégique sino-français. Cette visite a ainsi ouvert un nouveau chapitre dans les relations bilatérales entre les deux pays. Ils partagent aujourd’hui des points de vues similaires sur beaucoup de dossiers essentiels, ont collaboré dans le cadre d’organes internationaux tels que le Conseil de Sécurité des Nations Unies et le G20, et ont contribué efficacement à la promotion de la paix et du développement dans le monde. La coopération économique et commerciale des deux pays, en plein essor, se développe de manière exemplaire aussi bien dans les domaines traditionnels comme l’énergie nucléaire, l’aérospatiale et l’automobile, que dans les domaines nouveaux comme l’urbanisation écologique, l’agriculture moderne, la santé, l’informatisation, les nouvelles énergies, etc. L’importance des investissements et des .changes commerciaux mutuels ne cesse de croître. En 2013, le montant total des investissements chinois en France s’élevait à 3,5 milliards d’euros tandis que la France avait investi plus de 13 milliards de dollars en Chine. Le commerce sino-français se développe aussi très rapidement. Son volume a franchi le seuil des 50 milliards de dollars en 2012, soit 500 fois de plus qu’au début de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Les échanges éducatifs, scientifiques et culturels sont florissants grâce à l’organisation des « années croisées » Chine-France et des « années des langues » par les deux pays.
Ces échanges ont considérablement favoris. La connaissance mutuelle et l’amitié entre les deux peuples. Paris, capitale de la mode, devient aujourd’hui l’une des destinations touristiques préférées des Chinois. Près de 50 000 Français apprennent le chinois actuellement, tandis que les apprenants chinois de français dépassent les 100 000. De plus en plus de Français se rendent en Chine et de Chinois en France pour étudier, visiter, investir ou créer des entreprises. Chaque année, le nombre des échanges personnels entre les deux pays s’élève à deux millions.
La réussite de la coopération sino-française est basée sur le dépassement de l’idéologie et du système politique de chacun des deux pays, sur la maîtrise, par ces derniers, de la situation internationale et des enjeux du développement de ce nouveau siècle. De nombreux points communs ou similaires ont conduit à une telle entente. La Chine et la France, fortes d’une riche histoire et d’une culture brillante, ont traversé des périodes extrêmement difficiles sans que leurs peuples n’aient jamais perdu la confiance courage d’ouverture, de réforme et d’innovation qui permettent de relever les défis. Ils partagent en outre, chacun à sa manière, l’amour de la vie, l’attachement à la famille, la passion pour le sport, l’appréciation pour l’art ainsi que le goût pour la gastronomie.
Il est certain que si la Chine et la France continuent, dans cet esprit du respect mutuel, à collaborer d’égal à égal, à promouvoir leurs intérêts mutuels et à coopérer sur un mode « gagnant-gagnant », les échanges amicaux entre ces deux grandes nations, de même que le partenariat global stratégique que celles-ci ont engagé, continueront à prospérer et apporteront de nouvelles contributions à la paix mondiale et au développement de l’humanité.

Yingwu Wang, Ambassadeur de la République Populaire de Chine en RDC

Photo : Bruno Chapiron