Françoise Balais

249

La «Halle de l’étoile» Institut français de Lubumbashi est depuis fin septembre 2015 dirigée par une nouvelle directrice déléguée, Françoise Balais.

Professionnelle de l’art et des politiques publiques de la culture, directrice de production et de programmation au centre dramatique national de Bourgogne pendant plus de dix ans, elle a codirigé le principal syndicat des entreprises artistiques et culturelles du secteur public en France (SYNDEAC).

En Afrique dans le cadre de la coopération internationale bilatérale, elle a dirigé le centre culturel franco-guinéen de Conakry de 2008 à 2011 et l’Alliance franco-camerounaise de Dschang sur les hauts plateaux de l’ouest du Cameroun de 2005 à 2008.

Après une phase de réaménagement, la Halle de l’étoile, lieu d’échanges et de rencontres dédié à la diversité culturelle, pourra contribuer pleinement à l’émergence d’une nouvelle génération d’artistes congolais et à la promotion de la francophonie.

Un effort tout particulier sera aussi consenti en matière de rénovation de la médiathèque (par l’introduction des technologies numériques), d’enseignement du français sur objectifs spécifiques et de certifications. Un espace Campus France sera également développé de façon à offrir aux étudiants lushois de vrais parcours de carrière à partir d’études de mastère ou de doctorat en France.

Autre défi qui attend Françoise Balais : le cumul de sa fonction de directrice déléguée de la Halle de l’étoile avec celle d’attachée de coopération. À cet égard, elle sera chargée d’appuyer l’établissement scolaire français Blaise Pascal, situé dans le quartier du Golf Terminus. Cet établissement d’excellence, qui avait rouvert ses portes en 2009 après dix-huit ans de fermeture, comptait 350 élèves à la dernière rentrée 2015/2016.

Autre secteur dans lequel Françoise Balais sera particulièrement attendue : celui de la coopération universitaire. Alors que plusieurs conventions de partenariat ont été signées entre les universités françaises et l’Unilu (université de Lubumbashi), la nouvelle directrice déléguée a été chargée de relancer toute action bilatérale en matière éducative, non seulement dans l’enseignement primaire et secondaire, mais aussi dans l’enseignement supérieur. Au-delà de l’installation de Campus France, elle soutiendra de façon volontariste le Campus numérique francophone cofinancé par le France et la région Wallonie-Bruxelles. Le recours aux MOOC, dont il est fait mention dans un autre article de ce numéro, aura, dans ce contexte, toute sa pertinence.

FB

Photo : IF RDC