Interview d’Yves Bigot, Directeur général de TV5Monde

236

IMPACT : Avant d’être nommé à la direction générale de TV5 Monde, quel a été votre parcours ?
Yves Bigot : Je suis journaliste, réalisateur, producteur pour la télévision, la radio et la presse écrite. Avant d’arriver à TV5Monde en janvier dernier, j’étais directeur de l’antenne et des programmes de RTL, la première radio de France.
Auparavant, j’ai été directeur des programmes de France 2, de la RTBF (télévision belge), d’Arte Belgique, de la société de programmes Endemol France, des maisons de disques Mercury et Fnac Music. J’ai été journaliste et animateur des radios Europe 1 et France Inter et j’ai publié plusieurs livres sur le rock, le football et Saint-Tropez, ma ville.

IMPACT : Pourquoi le choix de venir rejoindre la chaîne de la francophonie ?
Y.B. : Parce que c’est un défi et une aventure passionnante, à un moment où le monde entier se redéfinit, où la géostratégie se redéploie spectaculairement et où la francophonie joue son avenir. Celle-ci est porteuse de cultures, de valeurs, dont TV5Monde constitue l’un des vecteurs essentiels.

IMPACT : Quelle est la politique de développement que vous souhaitez mettre en place sur l’ensemble de vos réseaux ?
Y.B. : TV5Monde se repositionne sur les deux axes principaux déterminés par son ADN : son rôle de diffuseur culturel mondial d’une part, de porte-parole de la francophonie de l’autre. Nous venons de nous doter d’une charte éditoriale à cet effet.
Par ailleurs, nous allons, dès la rentrée, redéployer notre offre de journaux télévisés, en éditorialisant nos différents rendez-vous d’information en fonction des prime time sur les différents continents, en accroissant la place de la culture et de l’espace francophone, et en instaurant en fin d’après-midi un grand journal francophone unique au monde d’une durée d’une heure.

IMPACT : Et plus particulièrement sur le continent africain ?
Y.B. : Nous allons dès le mois d’octobre augmenter la durée du JT Afrique quotidien. Depuis avril, j’ai également lancé un magazine événementiel destiné aux Africains, d’Afrique et de la diaspora, « Rendez-vous au maquis », qui traite pendant 90 minutes aussi bien d’actualité que de culture, de musique, de numérique, et de questions de société ou de mœurs.
Nous travaillons avec les producteurs, les créateurs et les télévisions africaines pour resserrer nos liens, nos échanges et notre coopération – dans les deux sens.

IMPACT : Quels sont les premiers résultats d’émissions récemment lancées?
Y.B. : Les retours concernant « Rendez-vous au Maquis » comme le JT Afrique ou les émissions de Denise Epoté (Et si vous me disiez toute la vérité, Afrique Presse) semblent satisfaire notre public africain, comme le font Stars Parade ou les séries comme Super Flics. Nous sommes à l’écoute des demandes et des commentaires de nos téléspectateurs.
Nous étions les partenaires et les diffuseurs des premiers Trophées du cinéma francophone qui se sont tenus à Dakar le 29 juin, comme de très nombreuses manifestations artistiques africaines.

IMPACT : Quels sont pour TV5Monde les nouveaux enjeux en Afrique ?
Y.B. : Pour TV5Afrique, l’enjeu principal consiste à rester pertinent dans un monde où la concurrence des chaînes privées, des chaînes locales et des chaînes étrangères est en pleine explosion. Nous devons notamment nous détacher de notre aspect institutionnel qui fait de nous la chaîne des parents et des grands-parents. Nous sommes très présents sur tous les supports de diffusion, les réseaux sociaux, mais nous devons aussi être attractifs par nos contenus, que ce soit dans notre rôle de diffuseur panafricain, mais aussi en étant proches des téléspectateurs, qui doivent se sentir représentés sur notre antenne : c’est la mission de « Rendez-vous au maquis » ; c’est aussi la raison pour laquelle nous espérons pouvoir annoncer au prochain sommet de la francophonie, en novembre 2014 à Dakar, le lancement de notre chaîne jeunesse sur le modèle de celle que nous avons aux États-Unis, Tivi5. Nous sommes à travers le CIRTEF mais aussi en direct, investisseurs et diffuseurs de la production africaine dans toute sa diversité, cinéma, séries télévisées, documentaires, spectacles vivants et partenaires de très nombreuses manifestations culturelles.

IMPACT : Comptez-vous venir bientôt sur le continent ? en RDC ?
Y.B. : J’étais dès le mois de février à Ouagadougou pour le Fespaco, où j’ai rencontré le président Compoaré et de nombreux membres de son gouvernement, mais aussi les ministres malien et gabonais de la culture. à Paris, j’ai rencontré le président congolais Sassou N’Guesso, et au festival de Cannes le ministre sénégalais de la culture. Fin juin, j’étais avec Denise Epoté, directrice deTV5Afrique, à Dakar pour les premiers Trophées du cinéma francophone. Nous avons rencontré longuement le président Sall et le DG de la RTS, Racine Talla, avec lequel nous envisageons de nombreuses collaborations, notamment à l’occasion du prochain sommet de la Francophonie. En septembre, nous serons à Libreville. Je connais et fréquente d’ailleurs de très nombreux artistes africains, comme Manu Dibango, IsmaelLô, Touré Kounda, WasisDiop, etc.
Et bien sûr, j’espère venir en RDC, pays francophone le plus peuplé de la planète, très bientôt.

Propos recueillis par Antoine Yvernault

Photo : TV5 Monde