Kinshasa, une plateforme culturelle en pleine renaissance

193
Kinshasa,-une-plate-forme-culturelle-en-pleine-renaissance

Pour la première fois, Kinshasa a eu le privilège d’abriter, en octobre 2014, le «World Press Photo» qui récompense les meilleures photos de reportage. Une belle initiative pour ouvrir le nouveau Musée d’Art Contemporain et Multimédia de l’Echangeur de Limete (MACM). En marge de ce projet international, le concours «Congo Press Photo» a également permis à quelques heureux lauréats congolais de présenter leur travail (voir article p.96). Les arts visuels étaient encore à l’honneur, le vendredi 24 octobre, pour l’ouverture de l’exposition des soeurs jumelles Delphine et Elodie Chevalme ; leur gémellité les a rapidement conduites à se poser la question de la mixité culturelle et à aborder les problématiques identitaires. Les deux artistes se sont très librement inspirées des publicités de Jean-Paul Goude pour composer des peintures dont les sapeurs sont les nouvelles effigies. Les œuvres ont d’abord été exposées à Brazzaville et ont traversé le fleuve avec les artistes. Le public présent au vernissage a pu assister à la parade de quelques sapeurs kinois venus spécialement pour l’occasion. Contraste saisissant, l’artiste plasticien Aïcha Muteba est à mille lieu du concept de l’élégance et de la publicité, quand il réalise cette performance intitulée «Conservation de la vie» sur le terrain en chantier de l’ancien «Marché du rail» à proximité de la maison Schengen. Il a souhaité rendre hommage aux mamans vendeuses qui luttent pour leur survie et leur dignité et a demandé qu’on lui «explose» sur le corps pas moins de 150 œufs, symboles de vie… Autre lieu, autre genre, la compagnie LZD «Les arts dramatiques» a enthousiasmé le public kinois, le 15 novembre dernier, sous la grande Halle de l’Institut français de Kinshasa. Dans «Ster City», les deux acteurs polyglottes et survoltés ont retracé avec brio l’histoire de l’Afrique du Sud, une histoire de peau et de territoire, et ont donné à voir et à entendre la richesse culturelle de la Nation Arc-en-Ciel. Danse, vidéo, musique dans un spectacle inclassable et surprenant mis en scène par Jean-Paul Delore. Ambiance bon enfant en clôture de la deuxième édition de la Fête du livre de Kinshasa : le musicien et dessinateur Barly Baruti a offert un spectacle haut en couleur, le 16 novembre, sous la grande Halle de l’Institut français. Arborant des costumes de scène toujours plus excentriques (il a notamment fait sensation en empruntant celui de David Livingstone avec kilt, chemise bouffante et casque colonial), Barly et ses musiciens ont été chaudement applaudis. La «Rumba Nostalgie» fait toujours autant d’émules…

CR