Le Kivu, entre deux mondes

89

L’espace des Kivus s’étend à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), le long de 3 frontières (Ouganda, Rwanda, Burundi), aux confins du monde francophone de demain, dont la RDC a vocation à être le poumon, et de ses voisins où coexiste une large palette de langues et de cultures. Autrefois réputée pour ses paysages, sa faune singulière (le refuge des derniers gorilles des montagnes) et la richesse de ses productions agricoles, cette région se relève peu à peu de deux décennies de conflits.

Avec son million d’habitants (dont de nombreux réfugiés), sa position centrale dans les échanges transfrontaliers et sa situation hors du commun, entre les pentes du volcan Nyiragongo et les eaux scintillantes du Lac Kivu, la ville de Goma est indéniablement la capitale de cet espace. Son histoire est marquée par les soubresauts de la région : les réfugiés rwandais y ont afflué en 1994, dans des conditions dramatiques ; une coulée de lave l’a détruite à moitié en 2002 ; la rébellion M23 l’a occupée brièvement en 2012. Chaque fois, la ville a su s’en relever, avec un dynamisme et une résilience rappelant la force des pousseurs de tshukudu – sorte de trottinettes géantes en bois utilisées localement pour transporter des charges lourdes, dont une réplique dorée orne le principal rond-point du centre-ville.

Déjà présente en RDC à travers trois Instituts (Kinshasa, Bukavu, Lubumbashi) et une Alliance (Kisangani), la France a choisi de réinvestir cette région stratégique sur le plan culturel, où le français a vocation à s’épanouir, aux côtés des langues vernaculaires et notamment du swahili, dans une logique d’intégration économique et politique. C’est chose faite depuis octobre 2017.

AM