Ma thèse en 180 secondes

ou comment valoriser la recherche scientifique

126

Organisé pour la première fois en RDC en juin dernier, l’événement « Ma Thèse en 180 secondes » a réuni une dizaine de doctorants issus de quatre universités. En trois minutes chrono, ils devaient présenter leur projet de recherche à un public profane. La gagnante représentera la RDC à la finale internationale, le 28 septembre 2017 à Liège (Belgique).

Qui n’a jamais entendu un jeune chercheur parler de sa thèse dont seul le titre paraît aussi incompréhensible qu’une équation mathématique à plusieurs inconnues ? Le concours « Ma thèse en 180 secondes » (MT180) vise justement à informer le grand public de la richesse et de l’intérêt des recherches scientifiques, tout en développant les compétences communicationnelles des doctorants avec le grand public. Chaque étudiant ou étudiante doit faire, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Le tout avec l’appui d’une seule diapositive ! L’exercice s’avère ludique, voire humoristique mais toujours avec ce souci de la rigueur scientifique.

Vulgariser et promouvoir la recherche

L’événement, une première en RDC, a été organisé par l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) à travers son Campus Numérique Francophone (CNF) de Kinshasa et s’est déroulé à l’Institut Français de Kinshasa. Devant plus d’une centaine de spectateurs, dont Steve Mbikayi, ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU) et Isabel Machick Tshombe, Représentante personnelle du Chef de l’Etat à la Francophonie, les dix candidats en lice ont dû convaincre un jury composé d’universitaires.

À travers cet événement, inspiré du concours «Three Minutes Thesis» (3MT) organisé pour la première fois en Australie en 2008, il s’agit bien de vulgariser et de promouvoir la recherche et ses enjeux, tout en suscitant des vocations.

 

 

 

 

 

 

La finale internationale a rassemblé à Liège le septembre, 21 candidats issus d’universités francophones de 16 pays.

TP

Encart

Les Campus Numériques Francophones en RDC

Obtenir un diplôme d’une université européenne, nord-américaine ou africaine tout en restant en RDC, c’est possible grâce à l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) qui propose plus de 80 formations à distance. L’AUF met gratuitement à disposition des candidats sélectionnés ses Campus Numériques Francophones (CNF) implantés à Kinshasa, et Lubumbashi ainsi que ses CNF partenaires (CNFP) à Kisangani et Bukavu.

CNF de Kinshasa

+243 998 54 21 23 / info@cd.auf.org 44 avenue de la Démocratie (ex-Huilerie), Gombe-Kinshasa

CNF de Lubumbashi

Campus Universitaire, faculté de médecine

+243 995 739 757

CNFP de Kisangani

Université de Kisangani

+243 994 153 289 / +243 853 885 779

CNFP de Bukavu

Institut Supérieur Pédagogique

+243 995 430 954 / +243 853 524 902

Pratique

www.auf.org ou www.foad.refer.org

PARTAGER
Article précédentCOSIM
Article suivantBAZIKS