Mécénat Chirurgie Cardiaque

245

Venir en aide aux enfants cardiaques

« Dans le monde, un enfant sur 100 naît avec une malformation cardiaque, quel que soit son pays d’origine » explique le professeur Francine Leca, chirurgien cardiaque. « En France, nous avons la chance d’être pris en charge gratuitement, ce qui n’est pas le cas pour de nombreux pays faute de moyens techniques et financiers en raison de la complexité et du coût de la chirurgie ».

Une opération du cœur coûte en moyenne 12.000€ à l’Association en France. Chaque année, 200 enfants sont pris en charge et opérés au sein de 11 centres chirurgicaux. Ils sont hébergés dans des familles d’accueil bénévoles pendant les deux mois leur séjour.

Une mission médicale à Kinshasa

La République démocratique du Congo est un des pays avec lequel l’ONG française travaille en étroite collaboration. Depuis 1999, 116 enfants congolais ont été pris en charge grâce à un solide socle de référents médicaux et para-médicaux qui s’est formé à Kinshasa, Lubumbashi et Goma.

Après une mission médicale à Kinshasa en 2011 et à Lumbumbashi en 2013, Mécénat Chirurgie Cardiaque a de nouveau envoyé une équipe au sein de la capitale congolaise. L’objectif était de revoir les enfants opérés pour contrôler leur suivi médical mais aussi diagnostiquer de nouveaux cas de malformations cardiaques détectés au préalable par les équipes médicales du pays.

Accueillis gracieusement par le Dr. Chantale Lelo, directrice de la Clinique Bon Secours à Kinshasa, 120 enfants ont été examinés par le Dr. Ivan Bouzguenda, cardiopédiatre bénévole et les cardiologues congolais formés par Mécénat Chirurgie Cardiaque à Paris. Une indication opératoire a été portée pour un certain nombre d’entre eux et les enfants seront opérés en fonction de la gravité de leur malformation cardiaque.

Référent médical de l’association à Kinshasa, le docteur John Senga a bénéficié d’une formation en cardiologie organisée chaque année en France : « C’est une grande chance pour nous de bénéficier du soutien cette association. Voir ces enfants gravement malades renaître après leur opération est à chaque fois une grande victoire et nous donne beaucoup d’espoir » explique le médecin qui a organisé la mission médicale à Kinshasa. « Nous avons d’excellents médecins en RDC mais les moyens manquent pour être autonome sur ce types d’interventions chirurgicales. »

L’équipe en mission est aussi allée à la rencontre d’enfants opérés en périphérie de Kinshasa. Des visites importantes pour évaluer les conditions de vie et prolonger le soutien aux enfants opérés au-delà de l’acte chirurgical. Depuis quelques années, l’association parraine la scolarité d’enfants opérés du cœur.

Consolider les liens avec la RDC

Pour favoriser le développement de l’ONG en RDC, de nombreux partenaires se sont mobilisés. L’Union des Français à l’Étranger et des associations locales comme Espoir de Vie aident à l’organisation et au financement des actions sur place comme les examens médicaux.

« Nous sommes en recherche constante de fonds, notamment dans des pays comme la RDC » précise Tiphaine Monnier, responsable des missions médicales à Mécénat Chirurgie Cardiaque. «Impliquer des associations, des événements solidaires et des entreprises au profit des enfants congolais est un beau message lancé à l’avenir du pays. C’est ce que nous souhaitons faire avec les enfants atteints de malformations cardiaques, tout particulièrement avec la RDC qui est pour nous un exemple modèle de collaboration».

L’ambassadeur de France, Alain Rémy, a également apporté son soutien au projet humanitaire. Il a estimé nécessaire de faciliter les démarches administratives pour la venue des enfants en France et de veiller au bon déroulement du travail de l’Association dans le pays. À la suite de ce déplacement à Kinshasa, il est prévu d’opérer une vingtaine d’enfants au premier semestre 2016.

S.D

Photo : Mécénat Chirurgie Cardiaque

PARTAGER
Article précédentInternews
Article suivantSauver les femmes