Visite guidée SEP Congo

378

Luc Hallade, ambassadeur de France en RDC, accompagné de Valéry Alves, chef du service économique de l’ambassade, a visité le siège social de SEP Congo le 4 décembre 2012. Cette visite est une première dans la vie de SEP Congo, société mixte public – privé, fleuron de la République Démocratique du Congo dont le groupe TOTAL, actionnaire, assure un mandat de gestion technique. Cette rencontre témoigne de l’importance que la France accorde au développement de la RDC et aux partenariats avec les acteurs économiques majeurs de ce pays.
Des temps forts ont marqué cette rencontre : la présentation de SEP Congo par la direction générale entourée des membres de son comité de direction, suivie de la visite guidée de la base de Kinshasa-ville par les principaux responsables des activités du site.
La présentation de l’entreprise a permis à l’ambassadeur de mieux comprendre les spécificités de SEP Congo, société centrée sur un métier d’experts en logistique pétrolière et rémunérée sur une base fixe de recettes définie chaque année par le Gouvernement à travers la structure de prix des produits pétroliers. Celle-ci a aussi été l’occasion d’entretiens avec l’administrateur directeur général et l’administrateur directeur général adjoint, représentants respectivement les intérêts privés et publics de la société, sur les enjeux à court et moyen termes de l’entreprise et sur sa contribution significative au développement économique du pays.
En termes logistiques, SEP Congo gère les flux d’hydrocarbures de sociétés commerciales et de fournisseurs, depuis leur arrivée dans le pays jusqu’à leur livraison pour le compte de ses actionnaires et partenaires. Ce processus a lieu après la vérification de conformité et le dédouanement pour le compte de la direction générale des douanes et accises (DGDA). C’est en visitant la base de Kinshasa que la délégation française a pris toute la mesure de la complexité de cette logistique et de son aspect stratégique pour le pays. L’itinéraire a commencé par le «manifold», système qui réceptionne les hydrocarbures avant de les renvoyer via des tuyaux et des vannes vers les réservoirs de stockage propres à chaque produit. Moment fort de la visite, le poste de «dispatching», où est piloté et contrôlé le pompage des hydrocarbures dans quelque 700 km de pipelines qui relient Ango ango (Matadi) à Kinshasa, a vivement intéressé M. Hallade. La délégation est alors passée devant les réservoirs mis aux normes internationales de sécurité avec leur système de défense anti incendie, une des nombreuses mesures prise par la société, qui vise l’objectif du «zéro accident» sur des sites à risques. La visite s’est poursuivie par le «vrac ville», poste de chargement des camions citernes qui livrent le carburant dans les réseaux de stations services. La délégation a continué vers les pontons, où des barges à quai attendent de remonter le fleuve vers les dépôts SEP Congo de l’intérieur du pays et des pays voisins. L’itinéraire était jalonné par d’autres services importants du site, notamment le garage d’entretien des camions et des engins de génie civil dédiés à la maintenance des pipelines et les ateliers fixes qui fabriquent les pièces détachées nécessaires à la réparation des outils d’exploitation. La visite s’est achevée avec le bâtiment récemment réhabilité afin de regrouper tous les services dans des bureaux communs, dans un souci de synergie et de sécurité.
Diverses questions et problématiques de SEP Congo ont été abordées dans le contexte de la croissance économique forte de la République Démocratique du Congo. Avec un taux de croissance de 7%, le lancement de différents chantiers d’infrastructures, la réindustrialisation du pays et le développement de la production agricole, l’accès à l’énergie et au carburant est au cœur de l’essor économique. Ces projections de croissance nécessitent un plan significatif d’investissements pour la construction de nouvelles capacités de stockage, le développement de moyens de transport par route, rail et fleuve et la modernisation de l’environnement professionnel et des systèmes technologiques de pointe dans l’information et la communication. Des questions plus générales ont également été abordées telles que les risques juridiques, le vieillissement des effectifs dans les entreprises publiques du pays, la formation aux métiers spécifiques du secteur pétrolier, faisant écho aux préoccupations également partagées par de nombreuses grandes entreprises en RDC.
L’ambassadeur de France a félicité SEP Congo pour la qualité de cette rencontre, tant par l’envergure du site visité que par la pertinence des échanges avec la direction générale et les techniciens.

Georges Cevalte
Directeur général SEP Congo

Photo : DR